192 km/h sur l’A-50

Malgré la pandémie, les policiers veillent toujours au grain. Le beau temps des derniers jours peut donner à certains le goût d’écraser l’accélérateur. Les policiers de la Sûreté du Québec du poste de la MRC de Papineau ont intercepté un véhicule sur la 50 ouest, le 21 mai dernier, vers 11h30, qui roulait à 192 km/h dans une zone de 100 km/h. L’arrestation s’est effectuée à la hauteur de Notre-Dame-de-Bonsecours, au kilomètre 211. Le jeune homme de 19 ans de Montréal s’est vu infligé des constats d’infractions totalisant 1683$ en plus d’ajouter 18 points de démérite à son permis de conduire. Son permis de conduire a été suspendu pour une période de 7 jours.

Pas de blagues avec le virus

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) tient à rappeler que de mentir sur son état de santé en ce temps de crise peut apporter de graves conséquences. Les policiers sont des intervenants de première ligne et leur santé est primordiale pour le SPVG. Une jeune femme de 21 ans l’a appris à ses dépends, alors qu’elle se trouve accusé d’entrave à un agent de la paix.

Fausse malade

Lors d’une intervention, une femme de 21 ans aurait faussement prétendu être atteinte de la COVID-19, alors qu’elle était questionnée par des enquêteurs, lors d’une prise de déclaration. Un individu présent dans la résidence a été emmené au poste de police pour être questionné dans cette histoire.

Plus tard dans la journée, le SPVG aurait été informé que la jeune femme aurait mentionné être infectée au coronavirus et qu’elle avait été testée positive quelques jours auparavant. S’est alors déclenché un protocole important de désinfection urgent qui a mené au nettoyage de plusieurs endroits et quelques véhicules. Des policiers et employés ont alors été mis en quarantaine immédiatement pour protéger leur santé et celle des personnes auprès de qui ils interviennent.

L’enquête subséquente a démontré que la femme avait menti sur son état de santé et qu’elle n’avait jamais été déclarée positive à la COVID-19, pas plus qu’elle n’aurait passé de test de dépistage.

Des accusation d’entrave à un agent de la paix ont été soumises au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Un mandat d’arrestation visé a été émis contre la femme de 21 ans. Elle est libérée sous conditions en attente des procédures.

Accusations possibles

Plusieurs accusations possibles en lien avec la COVID-19 peuvent être déposées contre un citoyen qui mentirait à un agent de la paix sur son état de santé ou qui donnerait volontairement le virus.

Si quelqu’un transmet volontairement le COVID-19 à quelqu’un d’autre, il pourrait être accusé de voies de fait causant des lésions corporelles et même de négligence criminelle.

Si la personne à qui un malade transmet volontairement la maladie est un agent de la paix, des accusations criminelles de voies de fait causant des lésions corporelles et même de négligence criminelle peuvent être déposées.

Une personne qui ne respecterait pas le confinement obligatoire au retour d’un voyage à l’étranger ou d’un diagnostic positif au virus, pourrait se voir accusé criminellement de nuisance publique ou se voir imposé une amende allant de 1000$ à 6000$. Une disposition de la loi sur la santé publique permet aux policiers de soumettre au DPCP un rapport d’infraction général. Celui-ci déterminera alors le montant de l’infraction.

Invasion de domicile: trois suspects recherchés

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) est à la recherche de trois suspects dans un affaire d’invasion de domicile s’étant produite cette nuit. Vers 3h, dans un logement situé sur le boulevard Labrosse du secteur Gatineau, trois hommes masqués seraient entrés de force. En tentant de se défendre, la victime, un homme dans la vingtaine, aurait infligé des blessures importantes à la tête d’un de ses assaillants. Celui-ci aurait saigné abondamment, avant de rapidement prendre la fuite avec ses complices.

L’enquête du SPVG se poursuit et toutes les personnes ayant des renseignements par rapport à se dossier sont invitées à contacter la ligne info du SPVG au 819-243-2345, option 5

Autres accusations suite au feu de la rue Paluck

Suite au décès de l’homme dans la trentaine hospitalisé pour de graves blessures, les policiers du Service de police de la Ville de Gatineau ont procédé une autre fois à l’arrestation d’une femme de 39 ans dans le dossier de l’incendie d’un immeuble à logements de la rue Paluck dans le secteur Buckingham.

L’incendie qui s’était déclaré dans la nuit du 31 août 2019 avait alors fait cinq blessés. Trois d’entre elles, soit un adulte et deux enfants avaient subi d’importante blessures. Un bébé de trois mois qui se trouvait parmi les blessés graves avait finalement succombé à ses blessures plus tard le même jour. Les deux autres personnes étaient blessées sérieusement, mais on ne craignaient pas pour leurs vies.

La première arrestation de la femme, alors âgée de 38 ans, s’était produite le 25 octobre 2019. Le SPVG annonçait alors que suite au décès du bébé de trois mois, des accusations d’homicide involontaire étaient portées contre elle en plus de celles d’incendie criminel entraînant des dommages matériels et d’incendie criminel mettant en danger la vie humaine. Elle avait alors été remise en liberté sous conditions.

Le femme, aujourd’hui âgée de 39 ans comparaîtra sous peu devant la Cour du Québec. Le SPVG poursuit son enquête en partenariat avec la Direction de la protection de la jeunesse concernant les autres enfants impliqués dans le dossier. L’enfant alors âgé de deux ans demeure toujours dans une institution spécialisée, car son état demande encore des soins.

Importante saisie de stupéfiants à Gatineau et Val-des-Bois

Une enquête du Service de police de la Ville de Gatineau ayant duré plusieurs semaines a permis de saisir une importante quantité de drogues multiples, d’argent sonnant et d’instruments servant au trafic de stupéfiants. Deux résidences du secteur Gatineau et Val-des-Bois ont été perquisitionnées par le SPVG dimanche dernier.

Trois personnes, soit deux hommes et une femmes âgés de 26 à 35 ans ont été arrêtées lors de l’opération. Des accusations en lien avec la possession et le trafic de stupéfiants ont été déposées au Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Quantités importantes

Les deux perquisitions ont permis aux policiers de saisir 83 000 comprimés de méthamphétamine, plus de 200 grammes de cocaïne, près de 235 grammes de wax, 220 grammes de haschisch, plus de 10 livres de cannabis, une vingtaine de comprimés de synclis et 71 comprimés de stéroïdes. De plus, 10 000$ en devises canadiennes, un bâton rétractable, une imitation d’arme à feu, une balance et une machine à compter l’argent ont été saisis.

Toute personne détenant de l’information concernant le trafic de stupéfiants sur le territoire du SPVG est invitée à contacter la ligne info au 819-243-INFO (4636).

Importante saisie de stupéfiants à Gatineau et Val-des-Bois

Recherché par la GRC

Les policiers de la Gendarmerie royale du Canada au Québec sont à la recherche de M. Joey Dandurand et demandent l’aide du public. M. Dandurand est un homme de 44 ans de Valleyfield. Il pourrait toujours s’y trouver de même que dans les villes avoisinantes.

Ce dernier ne s’est pas présenté à la cour, donc un mandat d’arrestation a été émis contre lui. En 2017, il avait été inculpé pour possession de tabac non estampillé, ce qui est contraire à l’article 32 (1) sur l’accise, visant la contrebande de tabac transitant par le Port de Valleyfield.

Joey Dandurand est un homme blanc âgé de 44 ans. Il a les cheveux et les yeux bruns. Il pèse 73 kg (161 lbs) et mesure 1,78 m (5’10 »). Il a une cicatrice au dessus de l’oeil droit.

La GRC rapelle de ne pas essayer d’appréhender cette personne vous-même. Si vous avez des informations concernant cet individu, veuillez les communiquer soit à la GRC au 1-800-771-5401, à Échec au crime au 1-800-222-8477 ou avec votre service de police local.

Opération anti-drogue en Outaouais et dans les Laurentides

L’Escouade régionale mixte de l’Outaouais a procédé aujourd’hui à 15 perquisitions en matières de stupéfiants dans les régions de la Petite Nation, Gatineau et Mirabel. L’enquête a également permis l’arrestation de six personnes âgées entre 24 et 55 ans. Elles ont toutes été libérées sur promesse de comparaître. Ces personnes doivent revenir au Palais de justice de Gatineau le 5 mars 2020 pour la suite des procédures. Des accusations en matière de trafic de stupéfiants et de possession de stupéfiants dans le but d’en faire le trafic pourraient être déposées contre elles.

L’opération qui a mobilisé une soixantaine de policiers a été amorcée en août 2019 à la suite d’information du public. Une des têtes dirigeantes arrêtées à Mirabel est un membre en règle des Demons Choice Rive-Sud. L’enquête tend à démontrer que le réseau opérant dans la Petite Nation et une partie de Gatineau est relié aux membres des Hells Angels.

Saisie substantielle

Lors des perquisitions les policiers ont saisi plus de 4200 comprimés de méthamphétamine, plus de 400 grammes de haschisch et plus d’un demi kilo de cocaïne. De plus, 300 grammes de cristaux de méthamphétamine, 250 grammes de cannabis en vrac et 100 grammes d’une poudre encore inconnue ont été saisis. Du matériel servant au trafic, plus de 18 500$ en argent canadien et 2 armes à feu faisaient également partie du lot.

Toute information concernant le trafic de stupéfiants peut être communiquée en tout temps, de façon confidentielle, à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1-800 659-4264.