Votre actualité

Québec n’accorde pas de subvention pour le projet de terrain synthétique à l’école secondaire Hormidas-Gamelin

Publié le 13 décembre 2013 par Martin Perreault Partagez: Facebook Twitter Google+

Québec n’accorde pas de subvention pour le projet de terrain synthétique à l’école secondaire Hormidas-Gamelin

C’est une grande déception pour tous les partenaires dans le projet du terrain synthétique. Le refus du gouvernement d’accorder une subvention au projet est certes décevant, mais n’empêchera pas la construction du terrain. « Le but de la conférence de presse est donc de dire qu’il y aura un terrain synthétique avec ou sans l’aide du gouvernement, mais je m’en souviendrai» a mentionné le président de la Commission scolaire au Cœur-des-Vallées (CSCV), Monsieur Sylvain Léger. « À la suite du refus, nous avons créé un comité qui précise le devis technique puisque tous les partenaires ont réaffirmé leur engagement au projet » a continué Monsieur Léger.

Le député de Papineau, Monsieur Alexandre Iracà, n’a pas mâché ses mots pour exprimer sa déception face au refus de Québec. « Tous les projets subventionnés sont situés dans des secteurs péquistes. Il faut être un enfant vivant dans un endroit péquiste afin d’avoir de l’argent pour des infrastructures et en profiter(…) ce dossier n’aurait jamais dû être refusé puisqu’il était très bien monté et de grande qualité. Je vous mets au défi de trouver un autre projet qui était financé à plus de 50% par la communauté» a lancé Monsieur Iracà.

Rencontrer lors d’une annonce concernant l’hôpital de Papineau, le ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de l’Outaouais, Monsieur Stéphane Bergeron, a rectifié les faits sur lesquels les fonds auraient été octroyés aux circonscriptions péquistes. « Quiconque qui veut sous-entendre qu’il y a eu une influence de nature politique se trompe et induit la population en erreur. C’est un processus administratif et le projet n’a pas reçu le pointage nécessaire pour passer la rampe ». Au moment d’écrire les lignes, il était impossible de connaître le pointage que le projet avait reçu.

La Ville de Gatineau devrait reconduire son engagement de 750 000$ pour la construction de l’infrastructure tout comme la municipalité de L’Ange-Gardien qui investira 250 000$. Le député de Papineau, Monsieur Alexandre Iracà, payera une partie de la clôture entourant le terrain, à même son budget discrétionnaire. Le député n’était pas en mesure de chiffrer son aide, préférant attendre les évaluations pour la construction de la clôture. Une clôture qui permettra également aux partenaires privés d’y afficher leurs couleurs.

Car les intervenants ne s’en cachent pas, le secteur privé ainsi que la population seront sollicités pour mener à bien ce projet. Le président du CSCV croit fermement que la population et les partenaires privés vont suivre la vague. Une pétition de 2700 noms a été déposée à l’assemblée nationale et les gens se tiennent au courant de l’évolution du dossier. « Même les jeunes me demandent quand ils auront un terrain pour jouer» soutient-il.

Un échéancier n’a pas encore été fixé et avant de déclarer une date, le projet dans son ensemble doit être revu et il est probable que ce soit le système d’éclairage qui en paie le prix. « C’est un aspect qu’on pourrait couper dans le budget pour l’instant. Cependant, tout dépend de la réponse de la communauté. Si nous trouvons l’argent, il est certain qu’on va tout faire» a conclu le président.

Commentaires