Votre actualité

Un pas de plus vers la création d’un parti politique à Gatineau

Publié le 4 mai 2012 par Martin Perreault Partagez: Facebook Twitter Google+

Un pas de plus vers la création d’un parti politique à Gatineau

Les portes-paroles du futur parti politique municipal gatinois, Maxime Pedneaud-Jobin et Stefan Psenak, ont annoncé vendredi matin les principes de gouvernance qui serviront de discussion à la construction de la nouvelle organisation politique. Le président de la Ligue d’action civique, Frédéric Lapointe accompagnait les deux conseillers municipaux. Soulignons que la Ligue d’action civique a été créée il y a un an par des organisateurs politiques de différents horizons et que son objectif est de mettre un terme aux différentes formes de corruption et de collusion. Si le nom du nouveau parti n’est pas encore choisi, Monsieur Pedneaud-Jobin a confirmé que le parti sera bel et bien présent lors de la prochaine élection municipale, en novembre 2013.

Transparence du financement

Pour s’assurer d’une transparence absolue du financement, le parti proposera que Gatineau soit soumise à la Loi électorale du Québec et que tous les dons de 100$ et plus transigent par le bureau du Directeur général des élections avant d’être remis aux parti. Le nom des donateurs et le montant de leurs dons seront publiés sur le site web du parti dès qu’il seront comptabilisé. Les élus ne pourront accepter de cadeaux, quelle que soit leur valeur, à moins qu’ils soient symboliques ou protocolaires. De plus, les élus ne pourront engager d’argent public à des fins partisanes.

Droit à la dissidence

Pour éviter que les candidats ne soient soumis à une ligne de parti stricte, une politique de solidarité et de dissidence sera adoptée. Ainsi, les candidats seront soumis aux grandes orientations du parti, mais ils auront exprimer un éventuel désaccord sur les moyens de mettre en oeuvre ces grandes orientations.

Candidats et chef

Tous les aspirants au poste de candidat devront être choisis lors d’une investiture, dans chaque district, qu’ils soient des élus sortants ou non. Quant au chef, il sera choisi au suffrage universel par tous les membres du parti. Le parti supportera le principe de double candidature afin que le chef du parti puisse avoir la possibilité de siéger au conseil s’il subissait la défaite à la mairie. Notons que pour que cette mesure actuelle soit acceptée, le conseil municipal devra voter en faveur avant la prochaine élection. Une bataille loin d’être gagnée. Il est donc possible que la prochaine élection se déroule sans colistiers.

Grandes lignes

Les grandes lignes du programme seront dévoilées d’ici quelques semaines, ont confirmé Messieurs Pedneaud-Jobin et Psenak.

Plus de détails à InfoMag, mardi 18h et à Parole à l’élu, mardi 19h

Commentaires